1995
LUMIÈRE ET MOISSON (Jean-Paul Cathala)
Il faut savoir pour commencer que Jean-Michel Ropers est toqué de cinéma. Toqué vraiment : « On ne peut pas être en 95 sans saluer la naissance du cinéma ! » Pour lui faire plaisir je plonge dans la vie de Louis Lumière et découvre plusieurs choses concernant la mise au point de la fameuse caméra. D’abord qu’Auguste Lumière n’est pour rien dans cette histoire. Qu’ensuite cette caméra n’est pas importante aux yeux de Louis, qu’il n’y croyait pas, que c’est une volonté commerciale du père qui détestait Edison. Enfin et surtout que le meilleur collaborateur de monsieur Lumière c’est son chef d’atelier, un certain Charles Moisson. Aussitôt Jean-Pierre Rigaud se met en branle. Il découvre je ne sais où les descendants de monsieur Moisson qui lui livrent des textes et photos de famille. De son côté Jean-Michel Ropers obtient un très beau texte que Louis Langlois avait écrit sur Lumière et surtout se procure par des chemins de traverse connus de lui seul une copie 16mm de la première séance. Et j’écris la pièce. Très vite. Jubilatoire. Après tout, moi aussi j’aime le cinéma… Évidemment découpée en séquences qui nous racontent la mise au point de la première caméra, les essais, la sortie des usines Lumière, la vraie vie de ces deux hommes, l’époque, l’affaire Dreyfus, enfin la première séance et le succès prodigieux de cette invention. On y réfléchit au passage sur l’outil de propagande que cela risque de devenir. J’y reviendrai dans “Bonjour monsieur Lumière” qui se placera en 14-18. Gros succès. Denis Declerck qui dirige alors le théâtre de Béziers fait tourner la pièce dans tous les quartiers. Des cinés clubs s’en emparent. On filme la pièce (évidemment) Nicolas Duplot joue Lumière. Il est Lyonnais à souhait (son père possède un cinéma dans la banlieue lyonnaise). Jean-Pierre Rigaud est Moisson avec justesse et ferveur, comme pour tout ce qu’il entreprend. Marc Peyret est au décor. Enfin Pierre Margot (qui s’appelait encore de son vrai nom Pierre Bigot) crée sa toute première musique de scène, ce dont je suis bien fier au vu de son parcours actuel. Nous sommes soutenus par les vins de Corbières qui joindront à chacune de leur caisse un texte de ma pièce. Cela monte à la tête pas vrai ?
DISTRIBUTION : Louis Lumière : Nicolas Duplot / Charles Moisson : Jean-Pierre Rigaud Décor : Marc Peyret Musique : Pierre Bigot