1987
LE PAQUEBOT TENACITY (Charles Vildrac)
J’ai toujours eu une grande tendresse pour le « Groupe de l’Abbaye ». Ces jeunes gens pétris d’utopie, de rêves d’amitié en poésie et qui (tous) jusqu’au bout ont lutté contre toutes les formes de guerre et pour l’égalité absolue en démocratie et pour commencer par une égalité d’accès à la culture, au savoir. C’était une obsession chez eux. Ils avaient bien raison. J’aurais vécu dans leur temps je les aurais rejoints. Enfin, s’ils m’avaient accepté. Outre Vildrac, il y avait là des gens d’une honnêteté sourcilleuse : Georges Duhamel, Jules Romains, Jean-Richard Bloch, Jacques Doucet, Albert Gleizes, Berthold Mahn et beaucoup d’autres… Vildrac qui était fils d’un ancien communard a participé à toute l’horreur de 14/18. Il en a vu les conséquences sur l’âme même des hommes. Après cette boucherie, les êtres humains n’étaient plus les mêmes. Le peuple français, peuple de paysans, se retrouvait comme déraciné de ses propres valeurs. Vildrac a ruminé le texte de sa pièce durant les deux dernières années de la guerre, il fut publié en 19. Jacques Copeau, ami de longue date et Jouvet la montent au vieux Colombier en 20. Un triomphe absolu. L’Œuvre porte en elle quelque chose de nous, de notre temps je veux dire. Comme si de cette guerre épouvantable, nous ne pouvions nous en remettre. Il y a chez Vildrac de constantes métaphores poétiques. Il ne faut surtout pas traiter cette pièce comme une œuvre naturaliste. Marc va produire un décor (un troquet pour marins dans la partition de Vildrac), comme fabriqué par Gustave Eiffel avec ses piliers de fonte et ses verrières, et au mur une mosaïque délabrée représentant Neptune. En fond, derrière des verrières donc, apparaîtront par intervalles des masques ricanants, grotesques qui sont des résurgences du vécu des hommes de ce temps-là. Vildrac était avant tout poète. Jean-Pierre Rigaud composera une musique très émouvante sur un des plus beaux textes de Vildrac extrait de son « Livre d’Amour » : Si l’on gardait.
DISTRIBUTION : Hidoux : Jean-Paul Cathala / Ségard : Jean-Pierre Rigaud / Thérèse : Bernadette Boucher / Bastien : Noël Camos / Le matelot anglais : Pierre Fernandès / Mme Cordier : Laure Vézia Décor : Marc Peyret Costumes : Laure Vézia Chanson : Jean-Pierre Rigaud Musique de scène : Adagio de la 5ème de Gustav Mahler À propos de cette musique, des cultureux me reprochent de l’avoir prise à… Visconti ! Mais à qui diable Visconti a-t-il bien pu la piquer ?
LE TRAJET DE PIERROU D'AUVERGNE (Jean-Paul Cathala)
Bien que d’origine portugaise, Pierre Fernandès est définitivement Auvergnat. Je pourrais dire aux tripes. Il me demande un texte à base de contes populaires drolatiques d’Auvergne. Je m’exécute avec d’autant plus de grâce, que pour moi les contes populaires sont une source constante d’inspiration. Il le jouera un nombre appréciable de fois. Il créera plus tard, quand il se sentira prêt, son groupe dans le Cantal : La Compagnie des Champs. Guy Demoy à qui je raconte toutes ces choses, me félicite d’offrir ainsi à chaque comédien une sorte de bouée de survie. En fait, cela va plus loin : la comédienne ou le comédien fait l’apprentissage de sa responsabilité face au public et devient inévitablement son propre critique. Plus tard, s’appuyant sur ce vécu, il pourra construire s’il le désire sa propre entreprise. C’est en tout cas mon but intime.
QUELQUES NOUVELLES DE LA MER DE SABLE (Jean-Paul Cathala)
Les Touaregs, les guerriers légendaires, les errants des sables, les caravanes énigmatiques, les campements fugitifs... mais encore les bergers, les femmes, le matriarcat, les conteurs, les poètes, la culture orale, la pauvreté, la fierté, l'humiliation...On a réussi à relever une grande quantité de poèmes Touaregs, mais les contes sont déjà plus indiscernables, moins faciles à répertorier. Ils sont pourtant une grande part de la mémoire de ces peuples. Poèmes et contes imprègnent notre spectacle. En voici l’histoire : une très jeune fille, habitante de nos villes, vit une vie étriquée, grise, rêveuse, au cinquième étage d'un triste immeuble. Le palier est son seul refuge. Elle a ce qu'on appelle un correspondant, Mokhtar, garçon de son âge qui vit dans une tribu errante du désert. Ils s'écrivent. L'un questionnant l'autre, l'autre répondant du fond des sables et, chose étrange, c'est le plus pauvre, le plus déshérité, qui alimente l'imaginaire de celle qui semble tout avoir. Alors, comme par écho, nous viennent sous forme de faits quotidiens, de contes, de musiques, de poèmes, ces quelques nouvelles de ceux qu'on surnomme parfois : « Les tziganes du désert ». Sont-ils les derniers « hommes libres » ? Sont-ils en voie de récupération ? Les structures archaïques du clan, de la tribu, est- ce vraiment la solution ? Mais, à l'autre bout, l'enfant de nos villes est-elle heureuse privée de vraies racines culturelles? Est-on heureux s'il manque la part du rêve personnel, identitaire ? L'homme vit-il seulement de pain ? Aussi gravement énoncé, le sujet peut paraître aride. Non. Le spectacle, au contraire est joyeux, magique, et plein de fraîcheur. Certes cela commence sur un palier de cinquième étage, mais cela finit sous une tente au beau milieu du Sahara, entourés par quelques fresques du Tassili. La revue édite des poèmes Touaregs recueillis et traduits par le Père de Foucault.
DISTRIBUTION : La jeune fille ; Bernadette BOUCHER, puis Pascale ROUTIER et plus tard Christophe MONTROSE Bande son : Pierre MARGOT