Et c’est là, qu’ensuite de beaucoup de discussions, nous décidons de changer radicalement de manière d’être et peut-être de vie, mais il s’impose à nous que nous devons bâtir un lieu répondant à nos besoins spécifiques de création, qui nous appartiendrait totalement et où nous pourrions travailler sans aucune contrainte extérieure et surtout qui ne nous ferait plus jamais dépendre de quiconque. Comme je prospectais dans l’Aude, essayant de vendre quelques représentations, je finis par échouer à Lézignan Corbières où les écoles me claquent la porte au nez. Découragé, sirotant un fade café à une terrasse, un monsieur entame la conversation. Je finis par lui parler de notre désir de lieu. Ce monsieur connaît le maire qui cherche à placer des terrains municipaux. Je rencontre ce maire d’alors, Monsieur Soucaille, qui écoute sans broncher ma requête. Je le vois encore venant à moi : « 13 francs le mètre carré, taux 0%, payable sur 10 ans. Cela vous conviendrait-il ? » Je l’aurais embrassé cet homme-là. Voilà comment ça se passe dans la vie vraie avec des gens vrais. Vous imaginez les hurlements de mes amis quand je leur annonce la chose par téléphone ?
LA POÉSIE LA MORT L'HUMOUR L'AMOUR (Montage avec Marc Peyret)
Bien. Certains tournaient 1709, d’autres La chanson de Roland, ou Florelle, et moi, donc ? De discussion en discussion avec Marc Peyret, je lui propose un montage : des poèmes contemporains majoritairement et des chansons (dans des temps très anciens, à Paris, j’avais pratiqué un peu la chose). Se mêleront Michaux, Queneau (musique Hélène Martin), Hikmet, Cocteau, Neruda, Trenet… Je vocaliserai même du Villa-Lobos et Marc, par moments, jouera du Bartok. Nous avons répandu ces semailles une bonne centaine de fois et nous étions très contents de nous. En fait contents surtout de notre complicité artistique et humaine.
LA BELLE AUX BOIS DORT-ELLE ? (Jean-Paul Cathala)
Le conte, comme le théâtre à l'Italienne fonctionne en miroir. ll ménage des plans de profondeur, avec les surprises, les trucs, la magie machinée du théâtre à l'Italienne. Ce que j'ai tenté de démonter par l'écriture. Avec les décorateurs, nous avons décidé de la reconstitution d'un vrai petit théâtre à l'Italienne avec son rideau, ses portants, frises et autres astuces. La salle a ses murs peints de fresques, son lustre, ses clous dorés. 145 jeunes spectateurs mettront à l'épreuve, chaque jour, cette lecture synthétique de notre tradition du théâtre occidental. Mais voici que Shakespeare nous sourit encore, car on pense au "Songe d'une nuit d'Été", tout aussi machiné, tout aussi enjôleur. Oh ! Je ne compare pas, bien sûr. Naïma Bouanani est parmi nous pour quelques mois car sa fille Batoul est très malade et il semble qu’on ne puisse la soigner au Maroc. Elle accompagne la tournée pour une soixantaine de représentations.
DISTRIBUTION : Jean-Michel Ropers / Myriam Vialle. DÉCORS DU PLATEAU : Noël Camos. DÉCORS DE LA SALLE : Marc Peyret. COSTUMES : Jean-Paul Cathala. MUSIQUE : Jean-Pierre Rigaud.
LE JEU DE ROBINSON (Jean-Paul Cathala / Nouvelle mise en scène)
DISTRIBUTION : Bernadette Boucher / Noël Camos / André Dion / Jean-Pierre Rigaud. DÉCORS : Jean-Paul Cathala. COSTUMES : Bernadette Boucher. MUSIQUE : André Dion.
EXPOSITION HOMMAGE AUX POÈTES DU XXème SIÈCLE
Nous étions dans le Doubs, la FOL nous avait organisé une tournée importante et nous avait logés dans une sorte de château aux cuisines immenses, qui devait servir les étés à des stages j’imagine, et je me retrouvais seul, préparant de considérables paellas, ce qui n’est pas ma vocation première. Je décide alors de bâtir une exposition des poètes du XXème Siècle sur de grandes plaques de contreplaqué et faisant appel à toutes les techniques possibles : peinture, graphismes, inclusions, bas- reliefs, collages, que sais-je. Les amis rentraient le soir et voyaient se développer la fresque poétique. Ils me regardaient avec étonnement, sans inquiétude, certes, et je pense assez fiers et boostés par cette fureur créatrice. Marc Peyret exécutera plus tard pour entrer dans l’expo organisée en labyrinthe, un portrait en pied des trois qui ouvrirent la porte en grand au siècle poétique : Baudelaire, Rimbaud, Lautréamont dont on venait de découvrir enfin un portrait photographique.
Parmi les employés de la FOL il y a une très belle jeune femme. Elle est la fille d’un certain René Verzier  chef opérateur de cinéma. Justement il est dans les parages retour du Canada où il travaille régulièrement. Nous avions concocté, à temps perdu, un projet de film intitulé “Les Contes de la Charrette” scénario basé sur trois contes populaires de l’Aude. Sans grande illusion nous en parlons à René Verzier qui est deux fois Oscarisé et le chef opérateur quasi attitré de Gilles Carle. René prend négligemment le dossier, s’enferme dans les WC., en ressort ¾ d’heure plus tard et dit très simplement : « On commence quand ? » René ne posait qu’une seule condition, c’était de tourner en 35mm. Mais quelle condition, pour des gens qui étaient bien contents quand ils avaient de quoi manger et de quoi rouler d’une ville à l’autre !
NOTRE LOCAL À LÉZIGNAN SE BÂTIT
Financièrement, la Compagnie commençait à s’équilibrer et le terrain acheté, les fondations creusées étaient une espérance de local. Nous avions fait la connaissance de maçons « solidaires », ariégeois et très professionnels, qui nous faisaient des prix défiant toute concurrence et qui se mirent à dresser le lieu comme leur propre maison. Grâce leur soit rendue jusqu‘à la fin de mon temps en tout cas. Ils sont l’exemple même de ce que la société devrait être. Je m’isole quelques jours dans un hôtel fermé l’hiver mais qui m’ouvre une chambre à Carnon et je mets sur papier le découpage intégral des “Contes de le Charrette”. Je ne prends pas le temps de regarder la mer. On me porte les repas dans ma chambre. Jean-Michel Ropers fait la connaissance de gens chez Fuji film. Ils nous feront des prix très en-dessous du commerce pour les négatifs. Nous voulions Fuji, car les noirs sont superbes et les rouge moins agressifs que chez Kodak. Il n’y a pas de “Grand Canyon” au Japon. Les discussions commencent avec Marc Peyret concernant les décors et avec Laure Vézia pour les costumes. De mon côté je contacte Ahmed et Naïma Bouanani. Ils sont d’accord l’un pour assurer la direction artistique et le montage et l’autre la réalisation des costumes avec Laure. Moi, de mon côté, j’attaque la distribution qui est fort nombreuse. Lorsque les Bouanani nous rejoindront avec leurs deux filles, nous commencerons les repérages des extérieurs. L’expérience de Ahmed sera d’un grand secours. Entre lui et Verzier le courant passe plus que facilement, René est né et a grandi au Maroc. La troupe, moi y compris, découvrons toutes les servitudes de la préparation d’un tournage. Mais tout grandit ensemble : le local, le film… et, malgré les découragements, les inquiétudes et les repentirs, nous nageons dans le bonheur, car tout ça c’est de l’aventure. Et de la meilleure.
Ici, petit arrêt  du cœur. De son vrai nom Marie-Laure Cathala, Laure Vézia, qui est ma sœur, songe à nous rejoindre. Elle a une solide formation de costumière de théâtre qu’elle ne cessera de perfectionner. En outre elle est très capable de prendre au vol n’importe quel rôle avec une émotion immédiate et profonde. C’est quelqu’un de farouchement sincère et indépendant avec une sensibilité à fleur de peau et des colères politiques très assumées. Aujourd’hui, avec son compagnon de toujours, Jean-Yves, elle se bat pour une agriculture biologique et pour un environnement écologique. Sur le terrain et pas dans les radios et autres fariboles. Ils sont fermiers et revalorisent tout un secteur de l’Aude contre vents et marées. Elle a pour coutume de dire (je traduis) : « Agriculture et culture sont les deux remèdes contre la bêtise et l’anéantissement de notre planète» Laure va rester de nombreuses années avec nous et sera un des principaux piliers du redressement de la compagnie. J’apprends voici peu de jours, qu’ils vont rejoindre la Bretagne pays de Jean-Yves.
1982