2017
THERMIDOR (Poèmes de Simon Brest / Lecture : Jean-Paul Cathala et Philippe Audibert)
Ce   sont   des   œuvres   à   lire   et   surtout   à   relire.   Et   si   possible   à   haute   voix,   en   forêt,   par   exemple,   car   on   y revient   comme   attiré   par   des   sens   plus   secrets,   des   émotions   plus   clandestines   qui   nous   auraient échappés   en   première   lecture   car   violemment   soudés   à   la   vie,   à   l’exaltation   d’être   au   monde,   à   la nature. Ces   poèmes   sont   aussi   des   lieux   d’expérience   :   Simon   Brest   aime   les   mots   ;   parfois   oubliés,   agonisant dans   des   dictionnaires   ;   ou   des   mots   qu’il   invente,   lui.   Il   aime   les   images   imprévisibles,   les   idées- flèches   qui   percent   et   délivrent.   S’il   fallait   le   rapprocher   de   quelqu’autre   (ce   qui   est   inélégant   mais tant   pis),   ce   serait   de   René   Char,   car   comme   Char,   Simon   Brest   est   habité   par   les   chants   cruels   ou exaltants de l’Histoire et toujours intimement liés à sa propre histoire. Tout   dans   cette   œuvre   tend   à   l’universel.   Tout   nous   ramène   à   l’intime.   Un   intime   que   nous   pouvons faire   nôtre   comme   un   don   généreux   et   désintéressé   du   poète,   une   Histoire   barbare   sans   doute,   mais, on le pressent, il suffirait de si peu pour la tenir en laisse. Le poète nous le fait comprendre avec force.
ÉCHOTIDIENS (Poèmes de André Vinas / Lecture : Jean-Paul Cathala et Philippe Audibert)
Dans   la   mouvance   des   jours   qui   s’écoulent,   grande   est   la   tentation   d’arrêter   le   temps,   ne   fût-ce   qu’un instant:   de   l’inscrire   dans   un   espace   dont   nous   pourrions      tenter   de   définir   les   limites.   La   parole   vient   à notre   aide.   Dans   cette   démarche,   elle   est   la   seule   alliée   sur   qui   le   poète   peut   compter,   lui   que   les   mots ne trompent jamais, mais qu’il doit sans cesse apprendre à maîtriser. Pour   atteindre   cette   surréalité   des   éléments,   pour   essayer    de   l'atteindre,   il   conviendra   de   se   mettre   à l'écoute   des   mots   qui   peuvent   nous   faire   entrer   dans   les   temples   du   temps   et   de   l'espace   et,   pour   peut- être   y   parvenir,   la   modestie   et   la   quête   de   la   simplicité   devront   être   à   la   mesure   de   la   difficulté   de l'enjeu.
RIMBAUD “LE BATEAU IVRE” (Lecture : Jean-Paul Cathala et Philippe Audibert)
Le 20 Octobre 2014, 160ème anniversaire de la naissance du génie adolescent. Un prétexte, c’est sûr. Un beau prétexte pour revenir encore et toujours sur les mêmes questions : pourquoi celui-là, pourquoi là- bas dans les Ardennes, pourquoi ces fuites, ces retours, pourquoi cette jambe sectionnée de cet inlassable arpenteur du monde ?  Surtout à quel insondable abîme sont arrachés les mots qui brûlent sans sagesse acquise, sans expérience de corps ni déraison ?