PREMIER FESTIVAL DE PUIVERT
Après avoir vécu pleinement Mai 68, je fais découvrir à mes camarades le château de Puivert dans l’Aude : coup de foudre. La grande cour centrale est une ancienne cour d’amour, c’est-à-dire que les troubadours y faisaient régulièrement assaut de poésie. Mais il y a tout à faire : la route d’accès, quelques consolidations des ruines, un transformateur triphasé, etc… C’est alors que nous faisons la connaissance de monsieur Tisseyre, conseiller général de Puivert. Il est amoureux fou de « son » château. Un homme extraordinaire. Il va tout nous obtenir du département. De mon côté je rencontre Madame la Marquise de Puivert, à Paris, qui nous accorde volontiers l’utilisation du château. Les habitants du village et la troupe construiront une scène sous la conduite d’un ancien résistant : Marius, d’une générosité sans fin. Ainsi naît le premier Festival de Puivert. Aujourd’hui on tourne dans le château des films : La Passion Béatrice de Bertrand Tavernier avec Bernard-Pierre Donnadieu,  La Neuvième porte de Roman Polanski avec Johnny Depp etc… Au programme de ce premier Festival : Les Rustres Ajax Madame Sans-Gêne
AJAX (Sophocle / Mise en français Jean-Paul Cathala)
Jean Vilar m’avait dit, bien avant cette époque : « Si tu dois jouer un jour pour un public populaire, choisis les textes les plus hauts, selon toi naturellement. » Quoi de plus haut que Sophocle ? “Ajax” n’était jamais joué. Mais les traductions universitaires ne me convenaient pas. Je m’essaie donc à l’adaptation en m’aidant de toutes les traductions sur le marché et sous l’œil d’un spécialiste du grec ancien. J’affinerai la méthode plus tard avec “Antigone” et les “Œdipe”. Nous étions au temps des généraux. Celui-ci (Ajax), devenu fou, qui se suicide dans son propre carnage, nous convenait tout à fait et convenait à ce que nous pensions de l’air du temps. Souvenez-vous : on nous traitait de « chienlit » ! Pour soutenir les chœurs, j’utilise les musiques de Miloslav Kabeláč par les Percussions de Strasbourg que nous découvrions. J’ai conservé le costume que Jean Dometti a réalisé pour mon personnage d‘Ajax, fait des peaux de bêtes que ce général a massacrées. Le rôle de mon fils est tenu par ma sœur Marie-Laure qui n’a que onze ans. La mort d’Ajax dure un long temps et elle est là qui me regarde et me soutient. Nous sommes sur une étroite plate-forme sans garde-fou à 6 mètres du sol. Les enfants n’ont peur de rien s’ils savent qu’on les aime. Je me rappellerai jusqu’au bout de mes jours cette vieille paysanne avec son foulard noir noué au menton, assise seule après le spectacle parmi les chaises vides et qui me demande après un lourd silence et les yeux bien plantés dans les miens : « Et alors, ce Sophocle, il habite où maintenant ? » C’est ça, ce que je recherchais, ce que je voulais. Et c’est encore ça qui me pousse à continuer.
MADAME SANS GÊNE (Sardou)
Géraldine Granjon était une élève des Cours Simon. Elle avait eu pour professeur Simon lui-même et surtout Rosine Margat pour qui elle avait une véritable vénération. Le rêve de Géraldine était de jouer “Madame Sans-Gêne”. Ce n’était guère mon filon, mais comment ne pas lui faire plaisir et, dans le mouvement, faire plaisir au public ? Nous nous attelons à cette distribution fleuve. Géraldine fait merveille. Claude Grimberg sera Lefebvre, Gérard Poulet (qui n’a rien à voir avec le violoniste) sera un Fouché cauteleux à souhait… Je dois avouer que je suis beaucoup plus à l’aise dans le premier acte/prologue qui se situe durant la révolution que dans le reste de la pièce. Mais nous nous amusons bien et le public aussi. Et surtout, surtout, Géraldine est comblée. Sa joie à balancer certaines répliques cultes !... Et puis quelle comédienne ! Quel abattage !
Pièces en un Acte (Obaldia/Ionesco/Cocteau)
1968
Pièces en un acte (Ionesco / Obaldia / Cocteau) Une exposition de lithographies de peintres contemporains prêtée par la galerie Lelong sous la houlette de Jacques Dupin et avec la complicité des peintres (Miro, Calder, Rebeyrolle, etc.). Là nous sommes dans le domaine de Trom. Une autre exposition : “Affiches de Mai 68”. L’évènement oblige, d’autant que deux ou trois d’entre elles, réalisées en sérigraphie avaient été tirées dans mon petit appartement du 218 boulevard Raspail à Paris... L’affiche de ce premier festival, conçue par Trom, sera d’ailleurs imprimée par le même procédé.